Les Chroniques de Cérésole

Inauguration du restaurant scolaire (bis)

On vous en parlait ici, notre nouveau restaurant scolaire a été officiellement inauguré le 14 décembre 2010…

L’équipe de Lancy TV était présente et a relaté l’évènement; je vous laisse découvrir leur reportage.

Les Chroniques de Cérésole (6)

Lors de la construction du nouveau bâtiment de Cérésole, la Ville de Lancy a ouvert un concours et invité 10 artistes à déposer un projet pour embellir le parc.
Le jury s’est réuni les 15 et 16 mai 1995 pour jugement, et parmi les 9 projets rendus, c’est celui de M. Dominique Fontana qui a été  retenu.

« Les 7 cailloux du Petit Poucet » est une oeuvre faisant « référence à la richesse symbolique du chiffre 7 et à la famille même du Petit Poucet, dont il est le septième enfant, à ce petit bonhomme au talent de magicien, de sauveur et de sorcier. Image de l’acte poétique d’un petit garçon qui sème les pierres de sa survie… sur le chemin même que les générations à venir auront à parcourir. »

Cette ouvre est constituée de 7 blocs de moraine visibles en enfilade au moins deux à deux depuis n’importe quel point du périmètre.

Sur chaque bloc sont gravés différents signes:

– un chiffre romain,qui numérote la pierre
– un mot, tiré du poème de Farîd al-Din Attâr « Le langage des oiseaux » ( poème iranien du XIIème siècle), symbolisant l’une des 7 étapes de la conscience,  ainsi que sa traduction
– un ou plusieurs éléphants, représentant le poids de la pierre
– un signe masculin ou féminin

Nous vous laissons partir à la découverte des « cailloux » semés par le Petit Poucet de M. Fontana dans notre parc… souvenez-vous, il y en a 7!

Les Chroniques de Cérésole (5)

Il y a 15 ans, à quelques jours près, le nouveau bâtiment de l’école Cérésole fut inauguré en grande pompe (bien que la rentrée ait déjà eu lieu…)

Donc, le 25 novembre 1995, la salle de jeu accueillait les autorités compétentes pour un discours de circonstance,

ainsi que les élèves de l’école (avec chants et danses bien sûr!)

et leurs enseignant(e)s…

(hem… et oui, déjà 15 ans…)

Les Chroniques de Cérésole (4)

Lorsque l’école du Parc Cérésole ouvrit ses portes en 1962, il était prévu qu’elle ne serait qu’une école provisoire pour une durée prévue de 2 ans…

L’Histoire en décida autrement!

Quelques trente ans plus tard, elle était devenue trop petite, et il fut décidé de l’agrandir en construisant un nouveau bâtiment contenant 4 classes, une salle de couture, une salle de travaux manuels et une salle de jeu.
Dans la foulée, la villa voisine fut transformée pour accueillir un restaurant scolaire, la salle des maîtres, le bureau de l’inspectrice (qui deviendra la bibliothèque) et l’appartement du concierge.

Quelques photos des travaux:

Et le résultat que vous connaissez aujourd’hui:

Des travaux dans le parc (7)

Le nouveau  restaurant scolaire de Cérésole prend forme…

L’extérieur est terminé ou presque, l’intérieur est en train d’être aménagé.

En exclusivité pour vous et pour le blog de Cérésole, nous avons pu visiter le chantier.

Voici l’entrée:

Après l’entrée principale, voici les vestiaires et les lavabos:

Voici la salle principale du restaurant:

Luca, Anthony, Laetitia (6P)

Les Chroniques de Cérésole (3)

2002

Lorsque Lydie Ceresole décède en  1957,  ses enfants décident de vendre « La Prairie ».

Le 27 juin 1961, la commune de Lancy achète la campagne Ceresole pour la somme de 1’600’000 francs.
Il sera décidé d’y installer 3 classes pour une durée provisoire de 2 ans…

Après quelques transformations, « l’Ecole du Parc Cérésole » ouvre ses portes pour la rentrée de 1962.

Voici approximativement  comment la Prairie a été aménagée:

Rez de chaussée:

avant 1962

après 1962

Premier étage:

avant 1962

après 1962

Des travaux dans le parc (6)

Les travaux de notre nouveau restaurant scolaire ont bien avancé cet été; il a maintenant des vitres et des portes, l’électricité est en train d’être installée…

Des travaux dans le parc (5)

Notre futur restaurant scolaire a maintenant un toit!

… heureusement! avec le temps qu’il fait…

Les Chroniques de Cérésole (1bis): Erratum

J’ai écrit dans le premier article de ces Chroniques de Cérésole que la maison bourgeoise abritant 4 de nos classes actuelles avait été construite aux alentours de 1828…

Cette information est probablement fausse…
En effet, si un bâtiment apparaît pour la première fois à cet emplacement sur le Plan Cadastral de 1828, c’est d’une ferme qu’il s’agit. Elle est décrite dans le livre « Notes au crayon: Souvenirs d’un arpenteur genevois 1855-1898 » de Jean-Elie David (Editions d’En Bas):

« Quelques mots aussi sur la propriété achetée et transformée par mon grand-père Aimé au Petit-Lancy (aujourd’hui propriété des Maurice Ceresole). L’ancienne maison, une ferme transformée en maison d’habitation pour 3 ménages, était située sur l’emplacement de celle qui existe aujourd’hui […]. »
La dépendance n’a pas, que je sache, subi de changement, mais la grande maison a été rasée par Charles Boissonnas […]. Charles Boissonnas, architecte, construisit la maison actuelle sur l’emplacement de celle que je t’ai décrite tout à l’heure. »

On trouve dans le texte original une description assez précise de cette ferme et de la dépendance (p. 20 et 21), ce texte est accessible ici:
« Notes au crayon: Souvenirs d’un arpenteur genevois 1855-1898 »

Cérésole 2004

Cérésole 2004

La maison bourgeoise actuelle est donc postérieure à 1857, la date exacte de sa construction reste à découvrir…

Les Chroniques de Cérésole (2)

… et donc Maurice Ceresole achète la Prairie en 1919 et s’y installe en 1921.

Maurice Ceresole naît le 14 décembre 1860 à Vevey. Il est l’aîné d’une famille de 10 enfants; son père, Paul Ceresole est colonel, commandant de corps de l’armée, juge au Tribunal Fédéral, conseiller fédéral et président de la Confédération en 1873.

Auguste Ferdinand Maurice Ceresole 1919

En 1893, Maurice Ceresole devient directeur d’une usine française de colorant à Lyon (il est l’inventeur de la rhodamine, un colorant encore couramment utilisé en médecine, biologie et chimie).
En 1899,  il entre à l’Ecole Polytechnique Fédérale comme professeur de chimie industrielle.
En 1915, pendant la 1ère Guerre Mondiale, il est appelé à Paris pour organiser la riposte à la guerre chimique faite par les Allemands; puis les Américains font appel à lui et il part pour 4 ans aux Etats-Unis afin d’organiser l’industrie de guerre chimique.

Lorsqu’il rentre en Europe, il achète la Prairie et s’y installe.

Il décèdera au printemps 1936.

Sa femme, Lydie, habitera seule la Prairie jusqu’à son décès en janvier 1957.

Lydie Ceresole

(… la suite au prochain épisode…)